jeudi 1 décembre 2016

#Onceaweek 0013 by HENRI-BERNARD MUSSO (DJ SHADOW)


Endtroducing de Dj Shadow a 20 ans et qui d'autre qu'Henri-Bernard Musso, dit HBM pour fêter ça comme il se doit? Cet iconoclaste de papier glaçant, terreur des scribouillards ultra-médiatiques et auquel les écrivaillons en manque de reconnaissance délivrent un véritable culte occulte, viendra de temps à autre nous apporter ses lumières musicales et nous parler d'autres choses si ça l'enchante. Chantre de son bon goût et des mauvaises manières, HBM a la plume acérée: les gouttes d'encre peuvent tomber! 

Le mix:



« Chronique de pérégrination: DJ SHADOW »



Rencontre avec JOSHUA PAUL DAVIS, un être si jovial et talentueux.





ENTRODUCING...

Nous sommes le 15 du mois de septembre, en l'année 2016, en Californie. « La Californie » comme le chantait Julien Clerc est un berceau musical à l'américaine dont le groupe le plus emblématique pour ma part restera éternellement « Les garçons de la plage ».



Moi, HBM, Henry Bernard Musso, je ne m'en cache pas, je suis féru du travail harmonique de Brian Wilson, j'aime toute son œuvre. Cet homme est un génie comme il en existe peu encore sur les plages californiennes. Avec ce DJ SHADOW, la suite de cette chronique me contredira. Je venais de rencontrer un deuxième petit génie sans le savoir encore, des platines celui-là.



En cette rentrée, Arielle et moi-même « surfions donc in USA » en villégiature, pour une fois. Nous décidâmes de nous éloigner de la folie urbaine et mythique de San Francisco pour découvrir Mill Way, ville connue pour son bon vivre artistique et sa population aisée, ce qui n'était évidemment pas pour nous gêner. J'étais un peu lassé de côtoyer la misère, je l'avoue en toute bonne foi. Je me battrai à mon retour de vacances car je suis comme ça, généreux dans la lutte sociale à l'internationale. Passons... Nous étions avec ma cantatrice de femme rachitique et blonde à 10 minutes de San Francisco, et par je ne sais quel miracle, je dis bien miracle, nous avons été abordé par un homme cool, , en casquette, roux, à la peau blanche, assez corpulent mais avec une jovialité incroyable. Le Prisunic local cher à Monseigneur ex-présidentiable PEJU venait d'ouvrir ses portes à la chaleur ambiante. « Hy Bro' ! How are you ? I know your fuckin face ! You're french, no ? »Writer ? You know Michel Houellebecque» me questionna l'homme en baggy. Il transpirait. 


Je vous passe le reste de la conversation. Ce fut un tel panégyrique à mon égard que j'en suis presque gêné, imaginez, et pourtant je suis mon plus grand fan, vous le savez. Cet homme connaissait mon œuvre, surtout ma correspondance «  Ennemis publics » avec Michel Houellebecque qu'il semblait apprécier plus que moi. Vexé, j'étais sûr d'avoir mal compris au final. « Ta réputation te précède encore mon aimé, c'est démoniaque », me dit-elle. Je ne connaissais pas l'homme, mais ce qui me surpris d'emblée c'est le landau de disques bourré de vinyles de tous horizons qu'il traînait comme un clochard devant lui. Il me dit s’appeler Joshua Paul Davis. Pourquoi pas ! Connu sous le pseudonyme de Disc Jokey Shadow. Il semblait être respecté ici. Et alors me dis-je, qu'est ce que j'en ai à foutre. Je restai poli, on avait de l'éducation dans le 16ème. Il ressorti du magasin frais comme un DJ avec un pack de Budweiser sous le bras.



Le trajet fut formidable dans son gros pick up bourgeois. A l'arrière, le coffre ouvert à l'air West Coast était blindé de disques, c'était pittoresque et impressionnant. Moi, HBM j'étais heureux, ma femme beaucoup moins. Comme quoi on peut être DJ, pousser les disques des autres et avoir du goût me dis-je. La climatisation tournait à plein régime, il nous passa des groupes qui m'étaient jusqu'à lors totalement inconnus : Jurassic 5, Cut Chemist, uNKLE, des vieilleries country et funk, de tout, cet homme était un sacré mélomane. Même si je n'avais aimé qu'une infime partie des titres passés, le long trajet jusqu'à son impressionnante propriété avec vue sur lac passa à la vitesse du sillon, avec enchantement. Ma femme Arielle se boucha les oreilles tout du long en sifflant dans sa tête des airs d'opéra argentins, plus habituée au tapis rouge qu'à la poussière des longues routes californiennes. Ce trajet me rappelait mon intervention avec Amnesty International sur les pistes de Kandahar l'année passée.



Nous bûmes des bières dans son studio privé. DJ SHADOW était un artiste très connu avec une flopée d'albums à son actif. Par humilité, il n'osa pas me faire écouter ses titres à lui, préférant s'arrêter sur ceux des autres. Il me montra comment sampler les passages d'un disques de funk et me dit que son album le plus connu, celui qui lui avait permis de vivre de sa passion était sorti il y a tout juste 20 ans. « ENTRODUCING... » était sa pépite, une madeleine de Proust pour ses nombreux fans. Nous quittâmes JOSH et sa femme en soirée, nous promettant de nous revoir dès l'année prochaine. Avant de passer la porte, en exclusivité, il me glissa dans la main la réédition des 20 ans de cet album.



Je ne l'écoutai que de retour à Paris. Je l'écoutai sans y prêter attention. Puis je l'écoutai, et le réécoutai en boucle. Moi, HBM, j'étais bluffé par des titres comme «  Number song », « Mutual slump »... Moi HBM, j'étais émerveillé par ce digger charismatique et humble à l'allure de Wasp en casquette. Cet album avait quelque chose d'additif, de pur, de beau, d'universel, une force, une classe, une harmonie abstraite. Je compris enfin la puissance du sampling au fil du temps et ce chef d’œuvre était le fer de lance musical de hip hop expérimental, de l'abstract hip hop, quand le hip hop se veut instrumental et lunaire, allant jusqu'à être cité dans le Guiness Book des records en 2001. J'avais près de 15 ans de retard, mais pour une fois j'acceptai avec humilité mon échec. Étant partout et nul part, du Darfour au Yémen, j'étais tout bonnement passé à côté de ce bijou musical. La talent et la grâce du disque était à la dimension de leur auteur: un pur moment de génie



Cet homme était le Brian Wilson 2.0 de la nouvelle ère californien, et la découverte de DJ SHADOW et de son album ENTRODUCING resterait pour moi le plus grand souvenir culturel de mes vacances californiennes.



Ce mix sur le blog Free&Legal est pour vous.

Mon plaisir deviendra le vôtre, je l'espère. Ne me remerciez pas, remerciez JOSHUA, même si mon humanisme et ma plume montre ma dévotion à votre égard chers lecteurs. Tout comme DJ SHADOW, je suis une chance, un mélomane, profitez-en, et ruez-vous sur ENTRODUCING.



Littéralement et philosophiquement.



HBM, philosophe, reporter et bloggeur militant.

La playlist: 
1. BuiLDiNG STeaM iN a GRaiN oF SaLT 
(KeNaN BeLL - Kai SKy WaLKeR - uFFie x PLay'TiL - eRiK JaCKSoN*)
2. WaLKie TaLKie 
(QuieT eNTeRTaiNeR)
3. oRGaN DoNoR
(DJ FReNCHWaX* - LaTiNViP - SaM ReDMoRe - GioRGio MoRoDeR x DJ SCieNTiST*)
4. MiDNiGHT iN a PeRFeCT WoRLD
(JeNoVa7* - JaZZ-oNe - K22RK2Si)
5. WHaT DoeS youR SouL LooK LiKe
(MR MooDS*)
6. MoNGReL...MeeTS HiS MaKeR
(JaCK WiLSoN)
7. iN FLuX 
(MRAND7*)
*désolé les liens sont devenus payants ou morts pour le moment


HENRI-BERNARD MUSSO

mercredi 30 novembre 2016

Radio Krimi x Free&Legal - Worldwide Airlines - Flight0008: Si tu vas au Brésil...


Worldwide Airlines c'est le show mensuel de Free&Legal sur les ondes hautes perchées (elle est basée à Chamonix) de Radio Krimi où la musique nous fait voyager, avec plus ou moins de turbulences, aux quatre coins du globe. Plus ou moins chaque dernier dimanche du mois sur radiokrimi.com.

Le Brésil! Ah, le Brésil! Destination incontournable des musiques du monde, nous ne pouvions nous passer d'une escale auriverde alors qu'on approche gentiment de la fin de la première année des Worldwide Airlines sur Radio Krimi! Quelques breaks par ici, des remixes/reworks/edit par là (et on se fout pas de votre gueule parce qu'il y a du beau linge derrière les platines) mais aussi tout un pan de la nouvelle scène brésilienne, en grande partie dénichée via l'essentiel Scream&Yell, blog brésilien qui fournit régulièrement des paniers bien garnis de free downloads. La forêt, les favelas, les pains de sucre et les plages avec le beau Bebel et le distrait Pierre Richard parmi les passagers: Tenha uma boa viagem!

Immense merci comme d'habitude à Radio Krimi pour l'invitation et la confiance accordée et remerciement éternel à Lord Kompl'X pour les petits inserts qui vont bien!

Le mix:

Version téléchargeable: https://hearthis.at/tk9qzvc7/worldwideairlines-flight008-si-tu-vas-au-brsil/

La playlist:
01. BIGGABUSH - Fantabata x CATIA DE FRANçA - As Águas Que Correram Dos Meus Oio
02. BA-BOOM - Saravá I & II
03. MATHEUS BRANT - Carnaval
04. SAMBA DE COCO RAIZES DE ARCOVERDE - Ê Boi MAGA BO Remix
05. ABAYOMY AFROBEAT ORQUESTRA - Malunginho
06. RUY MAURITY - Quizumba De Rei ATW Edit
07. JORGE BEN & TOQUINHO - Carolina Carol Bela GEORGE T Funky
08. DEDY DREAD - Esquindindin Rmx
09. TONHO CROCCO - E Com Jaba
10. OUSKA - Bonbon
11. DOM UM ROMAO - Cosinha II YAM WHO Remix*
12. SHANTISAN - Avenida Atlântica DJ FARRAPO Remix
13. EMILIO SANTIAGO - Bananeira PETKO TURNER Edit
14. MC ZUUH - No Beco Escuro
15. MC DON JUAN e MC FIOTI - Novo Imperio
16. BR2UK - Pé De Rima MR BIRD Remix
17. ESQUIZOPHANQUE - Pra Não Esquecer De Viver
18. OS DESCOLADOS - Ritmo Na Pista Os Descolados
19. BNEGAO & SELECTORES DE FREQUENCIA - Giratoria Sua Direçâo
20. ANDRE BORGES - Sofá e TV
21. EVINHA - Esperar Pra Ver ZAJAZZA Edit
22. PINDUCA - Mistura De Ciramda e Carimbo iZEM Tropical Discoteq Fix
23. ED LINCOLN - Se Você Quiser MARK WAYWARD Edit

mardi 29 novembre 2016

Dans les bacs du bar@disques #13


Les chroniques du bar@disques, 13è, vous en avez de la chance (et nous aussi)! Disquaire itinérant sur Nantes et ailleurs, Christian tient sa baraque à bacs comme on tient une bonne cave: plaisirs variés, connaissance des produits, amour des artistes, don du récit. Sur le marché de Talensac, à l'Alter Café, sur Discogs ou partout où peuvent le porter les bonnes ondes musicales, il fera rougir de plaisir les diamants de vos platines!

Mop Mop est au départ le projet d’un duo composé notamment d’Andréa Benini, l’équivalent transalpin de Gilles Peterson. Tout comme le patron de Brownswood, l’italien se complait dans les missions exploratoires. Lui prend la direction de l’Afrique et passe maître dans la composition de climats habités. Son incroyable ouverture d'esprit permet de faire se croiser sur un même album, Miles Davis période électrique, les racines yorubas de Fela Kuti et le meilleur du jazz 70's. Un son détonnant, marqué par l'usage endiablé du piano électrique, du vibraphone et des cuivres. Les arrangements percussifs nous ramènent au rythme originel, dans une ambiance hantée par la voix d’Anthony Joseph qui déclame sa prose et complète ainsi la touche syncrétique. Un album envoûtant de bout en bout, dispo en LP dans les bacs du bar.




Comme un bonheur n'arrive jamais seul, notre collaboration avec Le bar@disques va vous permettre, à vous lecteurs assidus (ou occasionnels, du coup ça fonctionne aussi) du blog, de bénéficier d'une remise exceptionnelle de 20% sur votre première commande passée auprès de ce cher Christian. Pour cela, rien de plus simple: utiliser le code promo "BAD16" et mentionner Free&Legal au moment de passer à la caisse (faites le par message privé si c'est sur Facebook, merci d'avance).

Le bar@disques

jeudi 24 novembre 2016

#Onceaweek 0012 by MADAME LA BARONNE


Onceaweek again! Le concept est on ne peut plus simple: toutes les semaines (ou presque) un de nos invités viendra vous présenter une sélection de 7 titres à déguster jour après jour ou à engloutir d'une seule bouchée auditive. Ce jeudi, retour de Sara alias Madame La Baronne (conceptrice, rédactrice et réalisatrice de publicités dans le civil, ceux qui l'aiment prendront le train...) qui se présente comme faiseuse de playlists dans les soirées, en famille ou entre amis, un verre à la main, et rien dans l'autre, pour pouvoir appuyer sur le bouton.

Après la déprime post-estivale, et avant la dépression pré-hivernale, un #Onceaweek anti-anti-déprime, parce qu'il pleut, qu'il fait moche, qu'il fait froid et que franchement, c'est pas marrant ! Bon burn-out à toutes et à tous ! En attendant, moi, j'vais m'recoucher...

Le mix de Madame La Baronne:


La playlist:
01. Karavelo - I'm Butterfly [EffetPapillon]
02. Pierre Citron - Un Sale Temps (SMIMOOZ Remix) [FaireDesEfforts?]
03. whypeopledance - MATERIA: Strapontin - La Beauté [PasÉternelle]
04. DearNo - Limp [DépressionRépétition]
05. MiRET - Anywhere On This Road (MiRET Edit) [AnywhereAlone]
06. Falkenberg - Algodon [DesHautsDesBas]
07. Raptures of Lovers - passionfruit [ResterCouché]


MADAME LA BARONNE

mardi 22 novembre 2016

Dans les bacs du bar@disques #12


Les chroniques du bar@disques, 12è, dans une base US de RFA...! Disquaire itinérant sur Nantes et ailleurs, Christian tient sa baraque à bacs comme on tient une bonne cave: plaisirs variés, connaissance des produits, amour des artistes, don du récit. Sur le marché de Talensac, à l'Alter Café, sur Discogs ou partout où peuvent le porter les bonnes ondes musicales, il fera rougir de plaisir les diamants de vos platines!

Les G.I's qui débarquaient en Europe ont toujours apporté dans leurs paquetages, outre chewing-gum et coca, la musique d'outre-Atlantique. Le jazz a ainsi envahi les caves de Saint-Germain-des-Prés à la Libération, les soldats y important le swing et le be-bop. Malheureusement, l'idylle avec les forces US s'arrête en 1967 avec la fermeture des bases de l'OTAN sur le sol français. En Allemagne, la présence américaine se maintient prolongeant la guerre froide jusque dans les années 80, période musicale que le label BBE compile comme un fragment d’histoire avec sa compilation G.I. Disco dispo en 2LP dans les bacs du bar.




Comme un bonheur n'arrive jamais seul, notre collaboration avec Le bar@disques va vous permettre, à vous lecteurs assidus (ou occasionnels, du coup ça fonctionne aussi) du blog, de bénéficier d'une remise exceptionnelle de 20% sur votre première commande passée auprès de ce cher Christian. Pour cela, rien de plus simple: utiliser le code promo "BAD16" et mentionner Free&Legal au moment de passer à la caisse (faites le par message privé si c'est sur Facebook, merci d'avance).

Le bar@disques

lundi 21 novembre 2016

Block Party! Free&Legal fait son Petit Bazar Electro


Le Petit Bazar Electro d'Alex tous les dimanche en direct sur Sun FM à Nantes (93FM) et partout ailleurs dans l'univers sur lesonunique.com, c'est un peu le père géniteur de ce blog, son essence spirituelle, son ouvreur de chakras. Régulièrement on squatte la playlist (voire les studios mais c'est plus rare) avec des sélections 100% free download...

Block party! Alors que la France découvre enfin l'incroyable série du génial Ed Piskor on vient de dévorer le volume 4 et de s'offrir le dernier numéro hebdomadaire de la série, avec Biggie en couv' et une carte postale vinyle en cadeau bonux avec un mix signé Jorun Bombay (on le retrouve d'ailleurs dans le mix ci dessous, merci Slice of Spice!). Alliant un graphisme soigné mais ultra groovy et un contenu encyclopédique, ce roman graphique, comme on dit aujourd'hui, est sans doute la meilleure chose qui soit arrivée à la nation Hip Hop depuis un bail (même si la sortie d'un nouvel album d'ATCQ, et deux trois autres artistes bien frais ou frappadingues, montrent que la quarantenaire est encore dans la force de l'âge) et est à ranger en bonne place das toute discothèque qui se respecte. C'est donc d'abord au Hip Hop Family Tree qu'on pensait en sélectionnant une quarantaine de titres hip hop des années 70-80 pour qu'Alex en fasse un show radio mémorable...ce qu'il s'est chargé de faire, enchaînant les perles comme le bboy les pas sur le bitume, le graffeur les bombes sur les rames de transport ferroviaire, le mc les mots dans le micro, le dj ses doigts sur la cires... Hip Hop Is Not Dead qu'on se le dise! 

Le podcast:

version téléchargeable: https://hearthis.at/tk9qzvc7/block-party-freelegal-fait-son-petit-bazar-201116-sunfm/

La playlist:
01 DJ COOLEY MACK - Break It Down
02 JORUN BOMBAY - Hip Hop Family Tree Pt.1
03 LL COOL J - Mama Says Knock You Out LEYGO Edit Remix
04 ARTE RADIO - Une Brève Histoire Du Hip Hop
05 DOUBLE DEE & STEINSKI - Lesson 3
06 SUGARHILL GANG - Rapper's Delight THE FUNDAMENTALS Edit
07 PAULETTE & TANYA WINLEY - Rhythm & Rappin MORLACK Remix
08 SALT-N-PEPPA - Body Get Up BETA SECTOR Rework
09 FAT BOYS - Human Beat Box
10 CHRIS READ - The Diary Intro 1976-1987
11 GRANDMASTER FLASH - The Message HEDSPIN Remix
12 DJ MOULE - Deep Message
13 SUPER 3 - When You're Standing On The Top WAXWORK Edit
14 BLONDIE - Rapture LEO ZERO Edit
15 QUEEN LATFAH - Unity CLAUDE Rework
16 STETSASONIC - Talking All That Jazz RHYTHM SCHOLAR FUNKSONIC Remix
17 WHODINI - Rap Machine ANDOW Remix


LE PETIT BAZAR ELECTRO

vendredi 18 novembre 2016

CoupDeProjo: La Recette - Towards Fulfilment


Les CoupDeProjo ce sont des chroniques courtes et chocs sur des trucs qui nous mettent des claques! Toujours en free download ou presque.

Encore une chronique estampillée Black Milk Music! C'est de notre faute à nous si à chaque sortie ils trouvent la bonne Recette? La Recette, c'est justement de ce groupe qui navigue entre Paris et Toulouse, dont il est question aujourd'hui, à l'occasion de la sortie de leur second EP, Toward Fulfilment, sur le label nancéien BMM donc. 

L'an dernier à peu près à la même période, La Recette nous avait déjà chatouillé les tympans avec un trois titres publié chez Cosmonostro pour une session jazz-funk-soul très traditionnelle dans sa forme même si l'EP de remixes qui suivi (en free download celui-là) montrait déjà que les quatre garçons qui composent le groupe avaient les oreilles et les esprits biens ouverts. On se souvient avec émotion du magnifique "Soweto" réinterprété par Tanidual (évidemment playlisté dans un #onceamonth en son temps). Epicure et VECT se chargeaient des deux autres titres et, apportant une bonne dose de bidouillages électriques, invitaient La Recette à piocher dans une nouvelle gamme d'ingrédients sucrés, épicés, gras ou salés.



Pendant un an, le groupe s'est donc évertué à chercher la bonne Recette (promis on arrête avec la métaphore culinaire un peu trop grasse, on ne veut pas se mettre à l'amande non plus!) puis s'est enfermé dans les studios Condorcet de Toulouse pour offrir à nos oreille la formule magique, la présence de la flute et de la voix enchanteresse de Magic Malik, fort comme Éole, n'étant sans doute pas étrangères à l'ambiance particulière qui se dégage du projet.

L'Odyssée de La Recette n'est en effet plus seulement spatiale (écoutez l'épopée "Space Odyssey") mais quasiment homérique, un peu comme si Ulysse, ici incarné par Oscar Emch, était condamné à errer dans les sillons noirs de la musique des années 70 tout en luttant pour sortir des sentiers rebattus et faire vaincre la modernité aux dépens des revivals stériles. Les productions musicales du quatuor oscillent ainsi entre expériences jazz teintées de funk, riffs de rock anglais psychédélique ou progressif, touches électroniques expérimentales, le tout baignant dans un brouillard de soul nord américaine... les fantômes de Flying Lotus et Thundercat, deux des têtes pensantes des musiques actuelles, guidant notre équipage dans cette matière noire en fusion!



On peut d'ailleurs s'amuser à débusquer, ou inventer - chacun voit Ulysse à sa porte comme on ne dit pas forcément - des analogies entre la poésie de l'aède grec Homère et les thèmes évoqués dans les cinq titres de Toward Fulfilment par Oscar et son équipage. "Breezin'" le premier titre du projet raconte d'ailleurs l'histoire de l'errance, tranquille et un brin euphorique, d'un retour de fête parisienne, soleil levant dans les yeux cernés, vers le doux foyer, rue d'Ithaque certainement, où l'attend son lit, fidèle et douillet comme Pénélope ; un titre à tricoter et détricoter à l'envie. 
Dans "Memories From A Novel" on retrouve cette idée de retour difficile, aux petites joies et peines de l'enfance perdue, avec ce refrain on ne peut plus clair: "On my way home ghosts are dancing on the surface of the water". Chacun verra dans ces fantômes un petit chagrin de jeunesse revenant à l'esprit nostalgique tel un chant de sirènes auxquels il est aussi cruel que plaisant de succomber. 
Pour "Landing" c'est Nausicaa et l'île paradisiaque des Phéaciens que l'on croit reconnaître, celle-là même où Ulysse raconte ses aventures passées sous forme de rhapsodies. Dans ce titre l'atmosphère est si étrange qu'on ne s'étonnerait pas d'y croiser un cyclope ou quelques lotophages... 
Que dire de "The World Above" où il suffit de remplacer les murs géants par la mer Méditerranée et le peuple qui voudrait bien voir à quoi ressemble le monde  supérieur par un Ulysse prenant un malin plaisir à titiller les dieux, tantôt en crevant les yeux à l'un des fils de Poséidon tantôt en se faisant une bonne côte de bœuf avec le troupeau divin de l'Ile du Soleil. 
Pour "Dreamer" il faut faire preuve d'un peu plus d'imagination (si, si c'est possible) et voir dans cette mise en abîme cinématographique un hommage aux belles histoires parmi lesquelles l'Odyssée fait figure de pionnière. Chacun est libre d'y voir tout autre chose mais si on se prend à paraphraser l'analyse que les experts de la BNF font du récit homérique on se dit que cette comparaison entre l’œuvre de La Recette et les aventures d'Ulysse n'est peut-être pas si vaine: "La Recette (pour Ulysse, ndlr) c'est un récit qui essaie de construire la musique (eux ils disent l'humain, ndlr) en cherchant ses limites, en réaffirmant sa continuité dans un projet de fidélité, de mémoire à elle-même et à ses origines, mémoire qui réside entièrement dans les sons (pour la langue, ndlr)". Étonnant, non?


Réalisé suite à une opération de crowdfunding menée tambour battant cet EP mérite vraiment qu'on y investisse quelques pièces, que cela soit dans le beau CD digipack pas cher ou, pour les puristes ou collectionneurs, dans le 45 tours qui devrait arriver incessamment sous peu chez Black Milk Music. Profitez bien du voyage et supportez La Recette!


LA RECETTE